A l'occasion de la COP21, plusieurs domaines d’action ont été mis en évidence pour lutter contre le changement climatique : la production d’énergie, la production industrielle, le transport, l’agriculture, la déforestation, les bâtiments, le traitement des eaux et des déchets. Etalab vous présente les jeux de données disponibles sur data.gouv.fr pour chacun de ces thèmes.
La COP21 en données (3/4) : Protéger la nature et la biodiversité dans les champs et les forêts

L’agriculture est responsable de 14% des émissions des gaz à effet de serre dans le monde et la déforestation de 10%. Le déboisement et le défrichement sont liés à l’exploitation des ressources minières et à l’urbanisation, mais aussi à l’extension des terres agricoles. Pour cette raison, nous devons privilégier une agriculture et un approvisionnement en bois durables, qui limitent l’utilisation de produits nocifs pour l’environnement et gèrent de façon raisonnée nos ressources naturelles.

Vous trouverez ici de nombreux jeux de données relatifs à cette thématique. Ils vous permettront d’en apprendre plus sur les productions végétales et animales issues de l’agriculture biologique en France, l’utilisation de pesticides, les parcelles forestières et la préservation de la biodiversité, afin de promouvoir une agriculture plus respectueuse de l’environnement et de mieux protéger les espaces naturels.

Agriculture biologique :

Pesticides :

Forêts :

Des membres de la communauté open data se sont déjà emparés de ces données et ont posté leurs réutilisations sur la plateforme. Voici quelques-unes des réutilisations qui pourraient vous inspirer :

Protéger la nature et la biodiversité, c’est l’objectif de quelques start-ups qui mettent leur science des données au service des collectivités, des associations et des chercheurs, comme Natural Solutions. Cette start-up marseillaise offre une gamme d’outils de collecte, gestion et valorisation de données aux professionnels de la biodiversité pour faciliter leur travail. Leur application « Pocket eRelevé » se veut un carnet de terrain électronique pour les naturalistes, tandis que « Sauvage dans ma rue » permet de recenser les espèces sauvages en milieu urbain par crowdsourcing. Les données récoltées sont ouvertes aux chercheurs et aux collectivités.

Vous voulez encourager une agriculture et une gestion territoriale plus respectueuses de l’environnement ? Nous attendons vos réutilisations !

Retrouvez les premiers articles de la série :

Commentaires sur cet article.