⚠️ Ce jeu de données provient de la plateforme geo.data.gouv.fr. Cette plateforme n'est plus activement maintenue, et des incohérences sur les données ou les métadonnées peuvent apparaitre sur cette fiche. Plus d'informations à propos de l'extinction de geo.data.gouv.fr sont disponibles ici.

Zones d'intérêt (potentiel extractif) en Mer du Nord, Manche et Atlantique.

Mis à jour le 16 octobre 2020 — Licence Ouverte / Open Licence version 2.0

Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (IFREMER)

L'Ifremer contribue, par ses travaux et expertises, à la connaissance des océans et de leurs ressources, à la surveillance du milieu marin et du littoral et au développement durable des activités maritimes. À ces fins, il conçoit et met en œuvre des outils d'observation, d'expérimentation et de…

268 jeux de données
1 réutilisations

Informations

Temporalité

Dimensions géographiques

Extras

Intégrer sur votre site

URL stable

Description

Zones d'intérêt pour l'exploitation de matériaux marins déterminées selon leur potentiel extractif. Le potentiel est gradué de 0 (potentiel le plus faible) à 4 (potentiel le plus fort). La méthode se base sur l'analyse de carottages, de données morphologiques et de données sismiques (cartes d'isopaques).

Origine

Le potentiel extractif correspond aux zones où l’épaisseur et la nature des sédiments peuvent présenter un intérêt en terme d'extraction de matériaux marins.

Le premier critère permettant de définir l’intérêt d’une zone vis-à-vis de l’extraction est l’épaisseur de la couverture sédimentaire. Trois sources de données ont été prises en compte dans l’établissement de ce critère :

  • les profils de sismique-réfléxion qui apportent une information fiable sur l’épaisseur de la couverture sédimentaire ;
  • les indices morphologiques pour lesquels on distingue les bancs reconnus par sondeur bathymétrique et les paléovallées reconnues en sismique mais pour lesquelles nous ne disposons pas des profils originaux, seulement d’informations bibliographiques ;
  • les indices sédimentologiques, c'est-à-dire des zones où seules des carottes ont été réalisées.

Le second critère ayant été pris en compte pour le calcul du potentiel extractif est la nature des matériaux.
En se basant sur l’ensemble des descriptions des carottes, on attribue à chaque prélèvement un critère qualité : 0 quand les matériaux sont jugés inutilisables, 1 quand ils sont jugés acceptables.
Les carottes ont été jugées inutilisables dans les cas suivants :

  • maërl vivant au sommet ;
  • sables fins ou fractions inférieures majoritaires dans la carotte ;
  • présence d’indices de roches (galets, petits fragments) ou de roches franches du substratum à la base de carottes présentant une faible épaisseur sédimentaire ;
  • nombreux niveaux argilo-silteux intercalés dans des niveaux grossiers.
    Dans les autres cas, les matériaux ont été jugés acceptables.
    En l'absence de carotte, nous n'avons pas présumé de la qualité des matériaux et avons estimé qu'ils pouvaient statistiquement être inutilisables ou acceptables (critère 0,5).

Le potentiel extractif a été calculé par croisement des deux critères précédents : épaisseur et qualité des matériaux. C’est le produit des valeurs des deux critères sans pondération.

Organisations partenaires

Ifremer - Géosciences Marines, Ifremer, Ifremer - Géosciences marines

Liens annexes

Consulter cette fiche sur geo.data.gouv.fr

Ressources 3

Voir aussi : ressources communautaires

Ressources communautaires 0

Vous avez construit une base de données plus complète que celles présentées ici ? C'est le moment de la partager !

Réutilisations 0

Vous avez réutilisé ces données et publié un article, une infographie, ou une application ? C'est le moment de vous faire connaître ! Référencez votre travail en quelques clics et augmentez votre visibilité.

Discussion entre l'organisation et la communauté à propos de ce jeu de données.