Les sanctions disciplinaires dans la police depuis 1990

Description

Depuis une enquête sur le contrôle interne de la police, parue en janvier 2021, Libération révèle et rend accessible des données concernant les sanctions disciplinaires de l’institution : nombre, motif, gravité... Les informations rassemblées, qui courent sur près de 30 ans presque sans interruption, ont été produites par la direction générale de la police nationale (DGPN). Ces données ont été mises à jour une première fois à l'été 2021, puis à l'été 2022, et le seront ainsi chaque année.

Les chiffres des années 2019 à 2021 ont été obtenus par Libération après avoir eu gain de cause auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada). Les chiffres des années précédentes figuraient dans les bilans sociaux annuels de la police nationale, documents internes à l'institution, auxquels Libération a eu accès. Ce “Bilan social” s’est étoffé depuis son apparition en 2009. Ainsi, les données les plus récentes sont les plus détaillées. Par exemple : le tableau des sanctions de 2009 ne distingue pas les hommes et les femmes (il faut pour cela attendre celui de 2011), et recense seulement six motifs de sanctions. A partir de 2018, on en compte 22.

Les données sont moins complètes pour 2010. Cette année-là, le “Bilan social” mentionne la nature des sanctions, mais pas leurs motifs. Idem pour les années 2004-2008 : on connaît (grâce au “Bilan social” 2009) la nature des sanctions, leur nombre, mais pas leurs motifs. Même constat pour la décennie 1990-1999, pour laquelle nos données proviennent du journal officiel du Sénat du 12 octobre 2000, que nous avons obtenu auprès des archives de la chambre haute du Parlement. Seule rupture majeure dans notre série statistique : les années 2000-2003 (pour notre enquête nous avons utilisé des sources indirectes pour ces années-là).

Le fichier sanctionspolice_1990-2021.ods regroupe l’ensemble de ces données.

Le fichier readme.txt comporte des explications complémentaires sur ce tableur.

Quant aux effectifs de titulaires de la police nationale (un chiffre nécessaire pour calculer le taux de sanction), ils figurent, pour les années 2009-2021, dans le fichier effectifspolice.csv (et proviennent également de demandes auprès de la Cada, et des bilans sociaux de la police). Ces chiffres sont arrêtés au 31 décembre de chaque année. Les quelque 10 000 adjoints de sécurité, qui ont le statut d’agents contractuels, ne font pas partie des agents titulaires, et un régime différent de sanctions s'applique à eux.

Ces chiffres recensent les sanctions prononcées, mais pas les agents sanctionnés (théoriquement, un agent peut apparaître plusieurs fois dans le tableau). Par ailleurs, une sanction disciplinaire est prononcée à l’issue d’une procédure disciplinaire, interne à l’institution, et qui n’est pas le fruit d’une enquête judiciaire.

Producteur

Dernière mise à jour

18 août 2022

Licence

Creative Commons Attribution

Qualité des métadonnées
77.77777777777779/100

Documentation des fichiers manquante

Fréquence de mise à jour non respectée

Il n'y a pas encore de réutilisation pour ce jeu de données.

Publiez une réutilisation Qu'est-ce qu'une réutilisation ?

Il n'y a pas encore de discussion pour ce jeu de données.

Il n'y a pas encore de ressources communautaires pour ce jeu de données.

Partagez vos ressources En savoir plus sur la communauté

Informations

Temporalité

Création

21 janvier 2021

Fréquence

Annuelle

Couverture temporelle

1990 à 2021

Dernière mise à jour

18 août 2022

Couverture spatiale

Couverture territoriale

France

Granularité de la couverture territoriale

Pays

Actions

Intégrer sur votre site

Visites

2,7k

56 en juil. 2024

Téléchargements

754

9 en juil. 2024

Réutilisations de ce jeu de données

0

Favoris

5