⚠️ Ce jeu de données provient de la plateforme geo.data.gouv.fr. Cette plateforme n'est plus activement maintenue, et des incohérences sur les données ou les métadonnées peuvent apparaitre sur cette fiche. Plus d'informations à propos de l'extinction de geo.data.gouv.fr sont disponibles ici.

Zone de lutte vis à vis de la chrysomèle des racines du maïs en Alsace en 2008

Mis à jour le 31 juillet 2019 — Licence Ouverte / Open Licence version 2.0

DRAAF Alsace

DRAAF Alsace

42 jeux de données

Informations

Licence
Licence Ouverte / Open Licence version 2.0
ID
55f18ed2c751df69281f92b2

Temporalité

Fréquence
Inconnu
Date de création
10 septembre 2015
Dernière mise à jour de ressource
31 juillet 2019

Dimensions géographiques

Granularité de la couverture territoriale
Autre
Extras
inspire:resource_identifier
8bdf9dfa-412a-4809-aee5-f19c18aeb10ehttp://catalogue.geo-ide.developpement-durable.gouv.fr
geop:dataset_id
004ef9d43f3087643a05555bbdfca529b7eb349f
inspire:identifier
fr-120066022-jdd-1e36f5ac-8d73-47d7-82f7-5c626ba7fd65

Intégrer sur votre site

URL stable

Description

La chrysomèle des racines du maïs, Diabrotica virgifera virgifera, est un petit coléoptère de 7mm environ de la famille des Chrysomélidés. Elle effectue son cycle de reproduction en un an. Les œufs sont pondus dans le sol durant l’été et y sont conservés durant l’hiver. Les adultes meurent avec les premiers froids. Les œufs éclosent au début du printemps et les larves se nymphosent. Les adultes émergent de juin à septembre selon les régions et les conditions climatiques et s’accouplent durant l’été. La larve se déplace très peu (quelques mètres). Les facteurs intervenant dans le déplacement des adultes sont nombreux : conditions climatiques, présence de maïs, barrières naturelles, vents dominants…La distance de déplacement peut donc être plus ou moins importante (jusqu’à 40 km). Les activités humaines, les transports routiers et la présence d’aéroports…ont aussi une influence sur le déplacement ce ravageur.
La chrysomèle du maïs est originaire d’Amérique Centrale. A partir des années 50, elle progresse vers le Nord sur le continent américain pour devenir le principal ravageur du maïs sur ce continent. La chrysomèle a été introduite en Europe certainement par liaisons aériennes lors du conflit des Balkans dans les années 1990. Signalée pour la première fois en 1992 aux abords de l’aéroport de Belgrade (Serbie), elle a ensuite rapidement conquis de nombreux pays Européens depuis dont nos pays voisins.
Jusqu’en 2009, en Alsace, les campagnes de piégeages estivales déterminent les zones de lutte selon trois « sous-zones » :

  • une zone focus, dont la limite est distante de 1 km du champ où a été capturé des spécimens de chrysomèles du maïs, zone à l’intérieur de laquelle l’usage d’insecticides et la rotation de cultures sont, entre autres mesures, obligatoires.
  • une zone de sécurité dont la limite externe est distante de 5 km de celle de la zone focus et à l’intérieur de laquelle la lutte contre le parasite, obligatoire, se fait soit par rotation culturale, soit par des applications d’insecticides.
  • une zone tampon dont la limite externe est distante de 34 km de celle de la zone de sécurité et où la rotation de cultures est recommandée.

Origine

Les limites de chacune des zones de lutte sont calculées et reportées dans la GéoBASE locale par tracé de "tampons" autour des points ou des zones de piégeage avec présence confirmée de chrysomèle.

Organisations partenaires

DREAL Nouvelle-Aquitaine / MiCAT / PIG, DRAAF Alsace

Liens annexes

Consulter cette fiche sur geo.data.gouv.fr

Fichiers 8

Ressources communautaires 0

Vous avez construit une base de données plus complète que celles présentées ici ? C'est le moment de la partager !

Explorez les réutilisations de ce jeu de données.

Avez-vous utilisé ces données ? Référencez votre travail et augmentez votre visibilité.

Discussion entre l'organisation et la communauté à propos de ce jeu de données.