Centre national du cinéma et de l'image animée

Le succès du cinéma et de l'audiovisuel français est avant tout le résultat du génie créatif français, mais seuls les pays qui développent une politique publique ambitieuse peuvent préserver et développer une industrie nationale de l'image animée.
La manière la plus astucieuse de faire – et la plus économe pour les finances publiques – c'est au CNC qu'on la doit. Soixante-cinq ans après sa création par le Gouvernement de Jean Monnet en 1946, le CNC reste une construction originale. C'est un établissement public, qui dispose de recettes affectées pour apporter des soutiens aux arts de l'image animée, et c'est aussi une administration centrale, en charge de ce secteur sous l'autorité du ministre de la Culture et de la Communication.
Chargé de financer les créateurs d'aujourd'hui et de demain, et de réguler les marchés du cinéma et de l'audiovisuel, sa mission est aussi d'entretenir et de valoriser la mémoire du passé. Venant au soutien des auteurs et des artistes les plus singuliers, il veille aussi à la santé d'une industrie qui les emploie.
Profondément ancré dans le cinéma, le Centre intervient désormais sur tous les champs de l'image animée, des œuvres audiovisuelles jusqu'aux univers numériques interactifs.

Afficher tous les abonnés