Les risques de décès un an après un accident vasculaire cérébral

Qualité des métadonnées : 0.3333333333333333/1
Qualité des métadonnées :
Description des données renseignée
Documentation des ressources manquante
Licence renseignée
Fréquence de mise à jour non renseignée
Formats de fichiers non standards
Couverture temporelle non renseignée
Couverture spatiale renseignée
Mis à jour le 4 février 2016 — Licence Ouverte / Open Licence

Ministère des Solidarités et de la Santé

Le ministère des solidarités et de la santé prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines des affaires sociales, de la solidarité et de la cohésion sociale, de la santé publique et de l'organisation du système de soins. Sous réserve des compétences du ministre de…

306 jeux de données
5 réutilisations

Informations

Licence
Licence Ouverte / Open Licence
ID
5630f53b88ee385064531578

Temporalité

Fréquence
Inconnu
Date de création
28 octobre 2015
Dernière mise à jour de ressource
28 octobre 2015

Dimensions géographiques

Granularité de la couverture territoriale
Autre
Couverture territoriale
France

Intégrer sur votre site

URL stable

Description

Source : Études et Résultats n° 939, octobre 2015

Auteur : Christine de Peretti

En 2008 et 2009, près de 200 000 personnes ont été hospitalisées pour un accident vasculaire cérébral (AVC) en France, dont 125 500 adultes relevant du régime général de l’Assurance maladie. Parmi eux, 29 % étaient âgés de 18 à 64 ans, la moitié avait entre 65 et 84 ans et 21 % au moins 85 ans. 62 % des patients ont fait un infarctus cérébral, 26 % un AVC hémorragique et dans 12 % des cas, le type de l’AVC n’était pas précisé.

Les AVC sont une cause importante de décès et d’incapacités. La part des patients décédés s’élevait à 14,5 % lors de l’hospitalisation initiale, à 16 % dans le mois qui a suivi l’AVC et à 28 % dans l’année. La létalité des hémorragies cérébrales est importante, avec un taux standardisé de mortalité à un mois presque cinq fois plus élevé que celui des infarctus cérébraux, et presque trois fois plus à un an.

Pour tous les types d’AVC, les pathologies chroniques augmentent de façon notable la mortalité à un an, et leur poids comme cause initiale de décès augmente au fil du temps. L’analyse multivariée montre une meilleure survie pour les patients ayant bénéficié d’un passage en lit de soins intensifs.

Fichiers 2

Ressources communautaires 0

Vous avez construit une base de données plus complète que celles présentées ici ? C'est le moment de la partager !

Explorez les réutilisations de ce jeu de données.

Avez-vous utilisé ces données ? Référencez votre travail et augmentez votre visibilité.

Discussion entre l'organisation et la communauté à propos de ce jeu de données.